Au Maroc, le bois fruitier offre des avantages financiers et écologiques en 2022

Au Maroc, notre mission de plantation de bois fruitiers s’est étendue sur toute la durée du pays, s’étendant à quelques nouveaux villages depuis juin 2020. L’objectif est de diversifier les parcelles agricoles familiales tout en améliorant la biodiversité.

Avantages de la plantation de bois fruitier dans le Maroc rural

Dans les zones rurales du Maroc, l’amélioration financière va de pair avec la mise en place de solutions agricoles collectives et durables. Les pratiques vertueuses de la permaculture et de l’agroforesterie contribuent à renforcer l’autonomie, la sécurité des repas et les revenus des groupes du quartier. Visitez pour en savoir plus sur palmiers au maroc

En partenariat avec l’association Ibn Al Baytar et sa présidente Zoubida Charrouf, Reforest’Action mène de nombreuses initiatives à travers le Maroc depuis 2017. L’intention est de créer des forêts qui offrent des sources de nourriture et aident à vendre l’amélioration de la région financière via des coopératives de quartier principalement entièrement basé sur la culture du résultat final naturel. La plantation d’espèces fruitières adaptées à la météo du quartier, comme l’olivier, le caroubier ou le palmier dattier, permet en groupe de récolter le résultat final destiné à la consommation du quartier et à la vente sur les marchés. Le bois planté offre également un capot pour les cultures vivrières sous-jacentes.

Dix initiatives emblématiques

Au cours de la saison de plantation 2020-2021, alors que notre mission se déroulait au sein des villages concernés par la mission dont Alnif ou Brachoua, différentes zones ont également bénéficié du programme.

Dans le village de Brachoua, situé dans la province de Khémisset, six cents bois d’essences diverses (coing, poirier, pommier, pruneau, noyer, nectarinier, pêcher, abricotier, figuier, amandier, mandarinier, olivier, avocatier et caroubier) ont été livré pour valoriser la mission permaculture et agroforesterie financée via les moyens de Reforest’Action jusqu’en 2017.

A Aguerd, village situé dans la province d’Essaouira, 800 bois d’oliviers, de grenadiers et de citronniers ont été plantés en février 2021.

A Bouznika, dans la province de Benslimane, un millier de bois d’oliviers, de citronniers, d’orangers et de mandariniers ont été plantés en mars 2021.

A Ketamz, dans la province d’Al Hoceima, un millier de bois de fugu ont été plantés en février 2021.

Dans le village de Sidi Youssef Ben Ahmed, dans la province de Sefrou, 2000 bois d’oliviers et de figuiers ont été plantés en février 2021.

 En mars 2021, à Skoura, province de Ouarzazate, 500 bois de caroubier, d’amandier, de figuier et de grenadier ont été plantés dans de nombreuses cours de collège et un lycée, avec la participation des élèves.

A 10 kilomètres d’Agadir, 1100 bois d’oliviers ont été plantés en mars 2021, en partenariat avec une coopérative agricole.

Dans les villages de Bouadel et Bani Oualid, à l’intérieur de la province de Taounate, un millier de bois d’essences diverses (bois d’olivier, d’avocatier, de citronnier, d’amandier, de pêcher, d’abricotier, d’oranger, de néflier, de mandarinier et de coing) ont été plantés en février 2021.

Dans le village de Boured, dans la province de Taza, 2800 oliviers, 300 figuiers et 400 amandiers ont été plantés en février 2021.

Dans le village d’Inzerki, dans la province de Taroudant, 1500 bois d’oliviers, d’amandiers et de caroubiers ont été plantés en novembre 2020 dans l’un des plus anciens ruchers collectifs du monde appelé Taddart Ouguerram (le rucher du Saint).

Attirer l’attention des groupes de quartier

Afin de fédérer les groupes et d’attirer l’attention du plus grand nombre, la technique de plantation a pris la forme de séances de plantation participative, auxquelles des femmes, des enfants et des gars des villages concernés par la voie des plantations ont été invités par voie de moyen de notre complice Ibn Al Baytar. Ces occasions ont rappelé absolument à chacun l’importance de maintenir le bois planté, chacun pour faciliter la récolte certaines années et maximiser les avantages environnementaux de la mission : l’introduction de refuges pour la biodiversité et l’atténuation des effets du changement climatique.